Growth Hacking

LE GROWTH HACKING

C’est quoi au juste ?

Né aux États-Unis en 2010 sous la plume de Sean Ellis, le growth hacking caractérise une technique de marketing digital pour répondre principalement aux besoins des start-up.

Littéralement “piratage de croissance”, le growth hacking est le plus souvent défini comme une stratégie, un ensemble de techniques marketing qui permet par exemple d’optimiser la visibilité des produits et d’augmenter leur croissance.
Deuxièmement, c’est un accélérateur de développement très souvent adopter par les start-up et pour les réseaux sociaux.
Troisièmement, C’est un état d’esprit permettant d’assurer à l’entreprise une croissance forte et à faible coût.
Le plus important, il est souvent illustré par l’initiale anglaise AARRR pour Acquisition, Activation, Rétention, Referral et Revenu.

Le growth hacking suit un process en cinq étapes et est fondée sur le tunnel de conversion:

  1. L’acquisition de trafic sur un site internet
  2. L’activation en posant une question simple incitant le visiteur à s’inscrire
  3. La rétention
  4. Les référents, c’est un utilisateur fidèle qui se fait porte-parole de la marque sur les réseaux
  5. Le revenu, qui est une base de données du chiffre d’affaires dégagé par l’utilisateur.

Le pratiquant du métier est appelé growth hacker et sa liste des compétences est potentiellement illimitée : SEO, culture web, social marketing, psychologie sociale et anthropologie (surtout pour être en mesure de calculer les attentes du public et les habitudes des gens), analyse des data, statistiques, A/B Testing, emailing, développement, etc.

Les compétences d’un Growth Hacker, comme on le voit, tournent finalement principalement autour du (web) marketing et de l’informatique.

Exemple Growth Hacking –  AirBnB

Airbnb, probablement l’un des exemples les plus souvent cités avec celui d’Hotmail, a eu une autre idée pour développer sa base d’utilisateurs : détourner le trafic d’un gros site. Airbnb, crée en 2008, a eu beaucoup de mal à décoller. Mais ses créateurs ont alors eu une idée de génie : poster les annonces d’Airbnb sur un site à forte audience : Craiglist (un Leboncoin américain, c’est vous dire son audience). Par conséquent à chaque fois qu’un utilisateur postait une annonce sur Airbnb, l’annonce était en même temps, de manière automatisée, publiée sur Craiglist. De plus ça a parfaitement marché et propulsé Airbnb là où ils sont aujourd’hui. On voit avec cet exemple le côté parfois « borderline » des pratiques de Growth Hacking (Airbnb a ni plus ni moins « hacké » Craiglist, il faut le dire).

Leave a comment